A la découverte des îles de la rade de Marseille…


Si l’envie de soleil et de vacances vous fait rêver, offrez-vous une ballade autour de Marseille. Les spots du moment ? Les îles de la rade. De l’île Jarre en passant par l’île de Riou, voilà une jolie découverte à s’offrir le temps des vacances. Préparez vos valises, réservez-vous des hôtels sympas à Marseille et embarquez dans un bateau pour un tour des îles dont vous vous souviendrez….

Ile de la rade - MarseilleL’ïle de Riou
Inabordable du côté de la haute mer, c’est un véritable chaos de roches verticales, d’éboulements de ravins. Du coté du massif de Marseilleveyre, la côte se fait plus douce et offre plusieurs possibilités d’accès autorisés (voir carte). La calanque de Monasterio est la plus fréquentée. Près de la plage, des tamaris: seuls arbres existants sur l’île.
Du col de la culatte, qui culmine à 100 m, on jouit d’un somptueux panorama sur les calanques et la côte depuis la Camargue jusqu’à la Ciotat. Plusieurs sentiers permettent la découverte de cette île sauvage, aujourd’hui désertée par l’homme, mais qui fut occupée dès le néolithique ancien par des pêcheurs collecteurs de mollusques.
Sur les hauts de Riou existent les ruines d’une tour de guet, édifiée au XIIème siècle et qui servait de poste d’observation pour prévenir d’éventuelles attaques de barbares en liaison avec la vigie du sommet de Marseilleveyre. A quelques encablures de Riou, deux îlots célèbres dans le monde entier auprès des passionnés d’archéologie sous-marine.

Le petit et le grand Congloué
En 1952 la  » Calypso  » du Commandant Cousteau mouille au Grand Congloué. Ses plongeurs à l’issue de cinq campagnes de fouilles, auront mis en lumière l’épave romaine la plus célèbre du monde. On y découvre, outre une cargaison d’amphores de vin, 7000 pièces de vaisselle. D’autres épaves, révélées plus tard, constituent un extraordinaire trésor englouti… Rien d’étonnant à ce que la recherche en archéologie sous-marine soit née à Marseille et que le siège national de cette discipline se soit implantée sur le Vieux Port dans la Tour St Jean.

L’île Jarre
Face au massif de Marseilleveyre, elle constitue avec ses voisins l’un des mouillages forains les plus importants de Méditerranée depuis plus de 20 siècles. C’est là qu’en 1720 fut incendié et coulé  » le Grand Saint Antoine  » navire qui venant de Smyrne, chargé d’étoffes précieuses, ramena la grande peste à Marseille. Elle constituait avec Pomègues et Ratonneau ses voisins de l’archipel du Frioul, le 3ème lieu de quarantaine pour les vaisseaux désirant aborder à Marseille.

L’île Maïre

Ponctuant l’extrémité sud de la rade, Maïre, face au cap Croisette, dresse vers le ciel ses arêtes de calcaire. Aujourd’hui interdite d’accès, elle fut pourtant occupée au néolithique comme l’ont révélé des fouilles en 1903. Vers 1920 des militaires et officiers de marine assuraient encore l’entretien d’un poste photo-électrique; et lors de la seconde guerre mondiale, l’armée allemande fera construire par les Italiens sur ce site privilégié des fortifications dont une tourelle est encore visible aujourd’hui. Sa côte et notamment deux rochers jumeaux « les Farillons » ont été le lieu de nombreux naufrages depuis l’Antiquité. Au pied de l’îlot, la splendeur fantastique des fonds sous-marins.

Pour en savoir plus : www.marseille-tourisme.com